Gérard Larouche, directeur adjoint du Service des ressources financières
1 octobre 2008

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre du mois d'octobre.


Balancer sa vie, au travail comme en ski!

Gérard Larouche est à l’emploi de la Commission scolaire De La Jonquière depuis près de 25 ans et travaille au Service des ressources financières depuis 2003. Au premier abord, la fonction de directeur adjoint fait référence à beaucoup de rigueur et de minutie. Mais lorsqu’on observe de plus près le personnage, on découvre, en plus de son esprit méticuleux, un homme créatif et passionné qui mord dans la vie.

À l’adolescence, Gérard avait trois passions : le dessin, les mathématiques et le ski alpin. À la maison, il aimait beaucoup concevoir des plans, dessiner des structures et bricoler. À l’école, c’était le défi de résoudre des équations mathématiques et la géométrie qui le captivaient. Dès que l’hiver se montrait le bout du nez, il sautait sur ses skis pour dévaler les pentes du Mont Clairval. Pendant la saison estivale, il accompagnait sa famille qui migrait au camping Lemieux de St‑Léon de Labrecque pour la période des vacances. Déjà au secondaire, il se voyait ingénieur civil, une carrière lui permettant de combiner le travail intellectuel et l’action sur le terrain.

Après sa formation collégiale, Gérard est admis en génie civil à l’Université du Québec à Chicoutimi. Pour payer ses études, il trouve un emploi comme « homme à tout faire » chez Villeneuve Équipements. Deux ans plus tard, il décide finalement de changer son parcours universitaire pour les sciences comptables. En 1973, il épouse sa compagne Michelle avec laquelle il aura deux enfants.

En 1976, trois événements majeurs dominent l’année : la naissance de son fils, l’obtention de son BAC en sciences comptables et celle de son poste de directeur financier à la Caisse d’entraide économique à Chicoutimi. « À cette époque, il y avait beaucoup d’emplois disponibles, surtout avec un diplôme universitaire. On avait la chance de pouvoir choisir. Ce que j’aimais dans cet emploi, c’était la nouveauté en termes de structure de gestion et le fait que cette caisse soit axée sur le développement économique du milieu. C’est également l’époque où j’ai fait mes premières armes en informatique, en contribuant à la mise en place d’un système de comptabilisation qui utilisait des terminaux reliés à un ordinateur central. »

En 1982, Gérard est nommé directeur général de cette caisse qui deviendra, en 1983, la Caisse Desjardins de financement. En 1984, une fusion avec la Caisse populaire St-François-Xavier change l’orientation de l’institution. Gérard préfère relever de nouveaux défis dans le monde de l’éducation. La même année, il obtient le poste de directeur financier de la Commission scolaire d’Arvida.

Malgré un agenda professionnel et familial bien rempli, il trouve le temps de faire du bénévolat en participant à la mise au monde du Centre de ski le Valinout. Il occupera les fonctions de secrétaire-trésorier du conseil d’administration de 1984 à 1992.

L’art de « surfer » sur la vague du changement

En 1988, d’autres changements importants vont amener M. Larouche à modifier son parcours professionnel puisque c’est à cette période historique que les quatre commissions scolaires du grand Jonquière vont fusionner : Arvida, Jonquière, Régionale Lapointe et Kénogami.

L’expertise acquise dans l’implantation de systèmes informatiques lui permettra d’occuper, de 1988 à 2002, le poste de directeur du Service informatique de la Commission scolaire De La Jonquière. Finalement, c’est en 2002 qu’il renouera avec ses anciennes amours en devenant directeur adjoint du Service des ressources financières. « Mon rôle principal concerne le suivi financier du plan triennal des investissements, l’approbation des chèques, le développement informatique ou encore l’implantation de nouveaux logiciels de gestion dans les centres et les écoles. Actuellement, nous implantons « GPI effets scolaires » dans toutes nos écoles primaires afin d’aider les secrétaires dans la gestion des frais chargés aux parents. Mon travail est toujours intéressant et il l’est encore plus grâce à une équipe extraordinaire. »

Les années accumulées n’ont certes pas eu raison de son dynamisme puisqu’aujourd’hui, Gérard Larouche a six passions : le ski alpin, les mathématiques, la motoneige, la cuisine, le bricolage et les voyages. « J’ai toujours occupé des postes qui demandaient beaucoup d’adaptation que ce soit dans les structures de gestion ou dans la technologie. J’aime apprendre et explorer des nouvelles façons de faire. Toutes ces connaissances acquises me servent aussi dans ma vie personnelle. Que ce soit pour la construction d’un escalier, de meubles ou simplement lors de travaux de rénovation. Les voyages m’attirent aussi de plus en plus. J’ai adoré la France, l’Espagne et le Maroc. J’aimerais bien visiter l’Italie et la Grèce et peut-être même me rendre dans les Monts Otish (53e parallèle) en motoneige. »

Quand on demande à M. Larouche ce qu’il souhaite faire lors d’une éventuelle retraite, il répond tout simplement : « la même chose... ». Avec une vie aussi active et cette étincelle dans les yeux, on peut sans contredit affirmer que Gérard Larouche est un homme qui reflète l’équilibre et la joie de vivre!


Voir les archives
28nov.
Prochaine activité

Soirée portes ouvertes

Calendrier
des activités