Carol Gauthier, enseignant en sciences à l'École polyvalente Arvida
2 février 2009

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre du mois de février.


Science et patience : une formule gagnante!

M. Carol Gauthier enseigne les sciences à la Commission scolaire De La Jonquière depuis plus de 35 ans. Quand on lui demande ce qui l’a attiré dans l’enseignement, il répond tout simplement : mes enseignants. Car du plus loin qu’il se souvienne, plusieurs d’entre eux ont eu une influence très positive sur son parcours. « J’ai vraiment eu de bons enseignants. Ils étaient très disponibles et m’ont transmis le goût du dépassement de soi. » Comme il adorait les mathématiques, il était naturel pour Carol de s’orienter vers les sciences. Déjà, à 12 ans, son choix était fait : il serait ingénieur!

Dès le début du secondaire, toute l’attention de Carol était consacrée à la réussite de son projet. Même s’il avait d’excellents résultats scolaires en mathématiques, en physique et en chimie, il devait viser les meilleures notes, car seulement trois élèves de la Commission scolaire pouvaient être admis en génie à la fin du secondaire 4. Il a donc fait son entrée à l’École polytechnique à l’âge de 16 ans. La première année se donnait à l’école Dominique-Racine. Il a ensuite poursuivi ses études pendant quatre ans à l’École polytechnique de l’Université de Montréal. Bien qu’ayant beaucoup de facilité en sciences, il a dû redoubler d’efforts, car à cette époque, les livres de génie étaient tous en anglais. Au cours de ses études universitaires, il a travaillé pour plusieurs compagnies dans le domaine du papier, du forage et de l’arpentage. Il a obtenu son BAC en génie métallurgique en 1971.

«J’aime les sciences parce qu’elles sont partout autour de nous et qu’elles représentent un défi constant. Par exemple, j’ai travaillé pour une entreprise qui avait un lot de fils électriques endommagés par des clous d’une valeur de 3 millions $. Avec mon équipe, il fallait trouver comment récupérer le tout. La solution? Le principe du chien slinky. Il suffisait d’entourer les parties endommagées d’un fil métallique pour retenir l’énergie. »

Après l’obtention de son BAC, Carol souhaitait revenir dans la région avec sa conjointe. Bien qu’il ait reçu plusieurs offres de compagnies, c’est sa rencontre avec M. Claude Rainville, coordonnateur pédagogique de la Commission scolaire, qui a été décisive dans sa carrière. « Il m’a demandé de transmettre mes connaissances aux jeunes. C’était un beau défi. Comme j’avais gardé d’excellents souvenirs de mes enseignants, je les ai pris comme modèle. D’abord, en étant plus disponible pour les jeunes et en les écoutant. Ça n’existe pas des bons ou des mauvais groupes d’élèves. La plupart du temps, le problème vient de nous. Il faut se poser des questions et revoir constamment sa méthode de travail. Quand on réussit à capter l’attention des jeunes, c’est merveilleux. Ils sont aussi passionnés que je l’étais à leur âge.»

Relever les défis en tout temps 

Au début des années 80, Carol s’est retrouvé en disponibilité. M. Léon-Georges Bouchard, qui était directeur des services aux adultes, lui a alors demandé s’il voulait être prêté chez Alcan. On avait besoin de ses services pour effectuer tous les relevés de fonctionnement des équipements de l’usine, élaborer les livres de techniques de procédé et donner de la formation aux travailleurs. Après plus de quatre ans en prêt de services pour Alcan, Carol est finalement revenu à l’enseignement des sciences tout en poursuivant des contrats pour l’entreprise privé avec une firme de génie conseils jusqu’en 1991.

« C’est plus fort que moi, quand on me propose un défi, je ne peux pas dire non. Plus je développais mon expertise et plus j’étais sollicité par les entreprises. Cela m’a également permis de rendre la matière enseignée encore plus concrète. Par exemple, quand une jeune fille m’a confié qu’elle n’aimait pas beaucoup les sciences parce qu’elle voulait étudier en linguistique, je lui ai parlé des emplois dans le domaine de la traduction scientifique. Quand j’enseignais les mathématiques en formation professionnelle, je leur donnais des exercices en lien avec le métier qui les passionne : calculer la quantité de ciment pour fabriquer un trottoir ou encore le tissu qui sert à la confection d’un vêtement. »

Après avoir enseigné et travaillé comme ingénieur sénior pendant une dizaine d’années, Carol a finalement décidé de quitter l’entreprise privé en 1991 pour passer plus de temps avec sa conjointe et ses quatre enfants. Le repos a cependant été de courte durée. Lorsque ses enfants lui ont demandé de distribuer des publi-sacs, il a démarré sa propre entreprise de distribution avec une quarantaine de jeunes à son service. « Ma conjointe est une femme extraordinaire. Elle m’a permis de réaliser plusieurs rêves. Elle-même est retournée aux études il y a huit ans et travaille comme infirmière. Aujourd’hui, avec la retraite qui approche, je souhaite faire davantage de projets avec ma famille. J’aime beaucoup bricoler, faire des travaux de construction pour moi et mes enfants. J’ai aussi quatre magnifiques petits-enfants avec lesquels je veux passer du temps. Je vais peut-être suivre des cours en menuiserie ou faire un voyage en Irlande avec mon épouse puisque sa mère est originaire de ce pays. »

Malgré tous ces beaux projets, Carol avoue qu’il sera difficile pour lui de quitter l’enseignement. «Les jeunes m’ont beaucoup apporté; surtout la patience. Il n’y a rien qui me fasse plus plaisir que de revoir d’anciens élèves qui ont réalisé leur rêve. C’est pour moi une grande satisfaction personnelle.»

Quand on repense au parcours de M. Gauthier, on peut voir que les compétences du scientifique ont toujours bien servi celles de l’enseignant et vice versa. Il est même fort à parier qu’un jour, un de ses anciens élèves devenu enseignant le citera comme un modèle lui ayant communiqué le goût du dépassement de soi.

 


Voir les archives
Calendrier
des activités