Aline Laforge, directrice du Centre de formation générale des adultes De La Jonquière
1 juin 2009

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre de la saison estivale.


L’ouverture sur le monde… au quotidien

S’ouvrir à la diversité culturelle des gens de sa région et de son pays, tout en ayant conscience de faire partie d’une grande communauté mondiale, s’avère un atout majeur dans le monde de l’éducation. Pour Aline Laforge, cette ouverture basée sur le respect des différences prend tout son sens lorsqu’on assume la direction d’un Centre de formation générale des adultes. Une façon d’être qui s’apprend rarement dans les livres…

Native de Saint-Félicien, Aline a grandi dans une famille où les valeurs liées à l’éducation, au travail et à l’engagement social étaient très importantes. Bien qu’ayant de la facilité dans toutes les matières scolaires, elle a choisi d’étudier en lettres. Même si elle avait envisagé de faire une formation universitaire, Aline a opté pour l’aventure après l’obtention de son DEC. Elle a voyagé pendant un an débutant son parcours aux États-Unis pour ensuite traverser le Mexique, le Guatemala, le Costa Rica, la Colombie, l’Équateur, le Pérou pour finalement terminer son aventure en Bolivie. « Ça vaut la peine d’aller voir ailleurs, de découvrir d’autres cultures, d’autres valeurs… Même si on se donne du confort, je sais que ce n’est pas le matériel qui nous rend heureux… J’ai appris l’espagnol, mais aussi à vivre dans le respect des différences. »

Après une année complète de plein air et de liberté, Aline a ressenti le choc des valeurs en revenant au Québec et ne se sentait pas prête à reprendre une vie structurée dans une institution scolaire. Elle a travaillé comme coordonnatrice d’un projet pour des personnes âgées dans un CLSC puis, en 1980, une nouvelle aventure, celle de la maternité, s’est présentée. Après la naissance de son fils, elle a obtenu un poste dans une garderie (CPE) à Saint-Félicien. Ce travail et sa nouvelle condition de maman lui ont permis de développer un grand intérêt pour les programmes éducatifs. Après la naissance de son deuxième fils, Aline a repris le travail ainsi que les études universitaires jusqu’à l’obtention d’une maîtrise en Éducation en 1998.

Parallèlement à ces années de formation universitaire, Aline a cumulé de nombreuses expériences de travail des plus enrichissantes, tant sur le plan humain que professionnel : agent de développement au Centre La Source de Saint-Félicien, enseignante au Centre d’alphabétisation du comté Roberval et à la Commission scolaire Louis-Hémon, conseillère pédagogique pour le Service de l’éducation des adultes de Commission scolaire du Pays-Des-Bleuets et consultante pour la TREAQFP (Tables des responsables de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle du Québec). « Mon emploi de consultante m’a permis de développer une vision plus large de l’éducation et de côtoyer des gestionnaires de différentes commissions scolaires du Québec. Pendant 2 1/2 ans, j’ai participé aux rencontres des comités provinciaux et donc au développement de projets et d’enjeux stratégiques pour les services d’éducation des adultes. C’est là que j’ai vu les liens et les passerelles qui aident à développer le projet et le parcours de l’adulte en formation. Bref, comment partir d’un programme gouvernemental et le faire « atterrir » dans les centres de formations pour adultes. »

C’est cette volonté de relever de nouveaux défis et d’appliquer sur le terrain les connaissances acquises qui a poussé Aline vers un poste de gestionnaire de centre de formation pour adultes. Elle a fait son entrée à la Commission scolaire De La Jonquière en décembre 2001, comme directrice adjointe au CFP Arvida, aujourd’hui Édifice Mellon depuis la fusion des centres Arvida et Jonquière en 2003. Dès son arrivée, elle a pu reconnaître les grandes valeurs de l’organisation qui correspondaient aux siennes ainsi que la possibilité de développement.  « L’environnement du CFP Arvida me convenait vraiment bien, car je suis très gourmande, j’adore les arts et je m’intéresse aux nouvelles technologies. De plus, les programmes en formation professionnelle sont extrêmement bien structurés. C’était idéal pour moi. J’ai travaillé avec des gens très rigoureux pendant quatre ans et je n’ai jamais regretté mon choix. J’ai obtenu la direction du CFGA en 2005. »

Une journée dans le monde d’Aline…

Au CFGA, la clientèle est accueillie et accompagnée dans sa différence. Chaque élève de 16, 25, 35 ou 50 ans arrive avec son projet personnel et avance à son rythme grâce à l’enseignement individualisé et aux projets spéciaux. Diriger un Centre de formation générale des adultes s’avère très complexe parce que la clientèle augmente en cours d’année. « Lors de la rentrée, il y a 200 inscriptions, 700 en octobre et 800 en décembre jusqu’en avril-mai. Un élève va faire le programme de français secondaire 1, des mathématiques de secondaire 3 et commencera les sciences un peu plus tard. Il faut le vivre pour le croire… Cela demande une capacité d’adaptation incroyable! Chapeau à toute l’équipe enseignante et au personnel qui composent avec cette réalité au quotidien!

Dès son arrivée le matin, Aline fait une brève pause dans la grande salle d’accueil où se déroule la vie étudiante : l’activité à la cantine, des mamans avec leurs enfants, des élèves et du personnel qui déjeunent, les salutations au personnel du rez-de-chaussée, etc. De retour à son bureau, Aline vérifie si tout est en place pour commencer la journée et rencontre quelques enseignants avant le début des cours. Ensuite, c’est l’organisation scolaire et la préparation des rencontres pour différents comités de travail: les services à l’élève, les animateurs pédagogiques, le conseil d’établissement, la Table régionale FGA, la gestion participative, les rencontres de partenariat avec le Centre local d’emploi ou le ministère de l’Immigration, etc. De 16 heures à 18 heures, Aline profite d’une période plus tranquille pour planifier, prendre les communications, revoir ses dossiers et rencontrer l’équipe du soir au besoin. Elle peut ainsi partir l’esprit tranquille et savourer calmement sa soirée avec son conjoint, car elle sait qu’elle pourra reprendre la suite en bon ordre le lendemain matin. « J’aime la liberté, mais aussi l’ordre et la structure. C’est le calme de ma vie personnelle au Lac Kénogami qui m’équilibre et m’aide à refaire mon énergie. J’adore la vie de couple et la vie familiale, le plein air, le cinéma, la musique, et bien sûr, les voyages! Cet été, je prends quelques jours pour visiter l’Espagne et le Portugal. C’est souvent avec le recul que je réussis à trouver des solutions pour le travail. Mon principal défi au quotidien, c’est de m’assurer que tout le monde a ce qu’il faut pour réaliser son projet personnel. Ce qui me satisfait le plus aujourd’hui, c’est de voir tout ce qui a été réalisé au CFGA et qui va continuer de se développer… À la Commission scolaire, c’est possible de se développer professionnellement et d’être fier du travail accompli. C’est un beau milieu où l’on côtoie des visions différentes, mais où j’ai également le plaisir de partager des affinités professionnelles et culturelles avec mes collègues de travail. »

En observant le parcours d’Aline Laforge, on constate que cette ouverture sur le monde est toujours bien présente. Chaque jour, elle poursuit son voyage en rencontrant un immigrant réfugié, un élève qui rêve d’une nouvelle vie, un collègue qui l’inspire ou un proche qu’elle aime... Une façon d’être bien imbriquée dans le quotidien où chaque nouvelle découverte et réalisation l’incitent à aller voir plus loin.

 


Voir les archives
28nov.
Prochaine activité

Soirée portes ouvertes

Calendrier
des activités