Johanne Gervais, technicienne en organisation scolaire
1 avril 2010

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre du mois d'avril.


« L’important, c’est de rester en mouvement… »

Johanne Gervais occupe le poste de technicienne en organisation scolaire (TOS) aux Services éducatifs pour la formation générale des adultes et la formation professionnelle depuis 2002. Un emploi qui exige de la logique, de la débrouillardise et un grand sens de l’organisation. Ces qualités se sont rapidement développées chez Johanne puisqu’elle a appris très jeune à se fixer des objectifs et à les modifier au besoin pour se réaliser.

«Quand j’étais jeune, je rêvais d’être une danseuse professionnelle! Pendant plusieurs années, j’ai suivi des cours de danse classique et de danse moderne. J’étais très disciplinée et concentrée. À douze ans, j’ai passé une audition des Grands ballets canadiens qui étaient de passage dans la région et j’ai été sélectionnée. Je suis allée faire un stage à Montréal pendant l’été et ils m’ont offert de poursuivre ma formation avec eux afin de faire partie de la troupe par la suite. Malheureusement, mes parents me trouvaient beaucoup trop jeune pour quitter la maison. J’ai continué la danse pendant un an, puis j’ai tout arrêté parce que je n’étais plus motivée.»

Malgré sa déception, Johanne a poursuivi ses études secondaires à Jonquière. Elle aimait particulièrement le français et l’éducation physique où elle s’est régulièrement démarquée lors de compétitions sportives. De nature positive, elle a décidé de se fixer un nouvel objectif : travailler le plus tôt possible, reprendre ses cours de danse et enseigner. Dès la fin de ses études secondaires, elle a débuté une formation professionnelle en secrétariat à l’École secondaire Kénogami et a obtenu son DEP en 1977. Elle a rapidement trouvé un premier emploi de secrétaire dans une entreprise de transport et d’excavation avant même de terminer sa formation.

«J’ai repris des cours de danse intensifs, le soir et la fin de semaine aussitôt que j’ai commencé à travailler. Dès que j’ai obtenu tous les diplômes et reconnaissances nécessaires, j’ai commencé à enseigner à l’école Simone Murray-Boivin et au Prisme culturel en plus de mon emploi de secrétaire. J’aimais mon travail, mais après quelques années, j’avais besoin de relever de nouveaux défis dans ce domaine. Quand la possibilité d’entrer à la Commission scolaire Jonquière (avant la fusion) s’est présentée, j’avais déjà une bonne expérience puisque j’étais la seule secrétaire dans l’entreprise et que je touchais à tout ce qui concerne le travail de bureau. J’ai obtenu un premier remplacement de 2 1/2 ans comme agente de bureau au Service de la paie en 1983 et ensuite plusieurs corps d’emploi dans différents établissements et services de la Commission scolaire. Au fil du temps, je me suis prise à mon propre jeu. J’aimais beaucoup mon milieu de travail et je me suis mariée. J’ai diminué progressivement l’enseignement de la danse pour finalement quitter la tête haute…»

L’organisation scolaire, au cœur du mouvement

En plus d’avoir occupé plusieurs fonctions de travail de bureau qui lui ont permis de développer une grande polyvalence, Johanne a suivi divers cours de perfectionnement en informatique, en plus des formations d’appoint sur les nouveaux logiciels de la Commission scolaire. C’est pourquoi le travail de technicienne en organisation scolaire convenait parfaitement à son nouvel objectif professionnel. Un emploi dynamique, évolutif et sans routine où ses compétences sont constamment sollicitées, sans oublier l’aspect humain et la possibilité de côtoyer divers intervenants du milieu éducatif.

«Je suis constamment en lien avec les centres et le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). Le secteur adulte est très différent du secteur jeune, car la clientèle bouge constamment. Un élève adulte peut débuter un programme de formation en cours d’année, être en alternance travail-études, faire une démarche de reconnaissance d’acquis, etc. Les tâches sont variées et je suis constamment dans le feu de l’action. C’est ce que j’aime. Les TOS dans les centres et les écoles font l’inscription des élèves, les choix de cours, les horaires, les bulletins, le suivi du dossier, etc. Je vais chercher ces données dans le système informatique au fur et à mesure et je les vérifie (validité du code permanent, adresse, conditions d’admission, etc.). Selon le besoin, je demande des correctifs puis je transmets les informations par lots à partir de notre système Jade-Tosca pour les acheminer vers le système Charlemagne du MELS. Il y a ensuite les résultats scolaires des centaines d’élèves, les fréquentations ou les changements de programmes, la vérification des dossiers des élèves natifs de l’extérieur (permis d’études au Québec, preuve de résidence du Québec, citoyenneté, etc.) que je dois faire suivre au Ministère.

Je dois m’assurer de la fiabilité des données, car le MELS fait plusieurs contrôles en cours d’année. Ces données sont importantes parce qu’elles permettent le retour du financement à la Commission scolaire. Je dois également suivre des formations de mise à jour sur les façons de faire, que ce soit pour un nouveau logiciel de collecte de données ou des nouvelles règles de financement du MELS, car je peux être appelée à donner du support au personnel dans les centres.»

Même si Johanne avoue ressentir parfois un petit pincement quand elle pense à son premier rêve d’enfant, elle se dit très heureuse dans sa vie personnelle et professionnelle. «Après 27 ans dans le milieu scolaire, j’aime toujours mon emploi et je ne regrette pas mes choix tout en demeurant ouverte à relever de nouveaux défis. À travers mon parcours, j’ai aussi rencontré des collègues extraordinaires qui m’ont servi de modèles. Sur le plan personnel, j’ai trois filles adorables en bonne santé, sans oublier mon petit caniche Roxy, et une vie familiale très active : camping, ski alpin, voyages, cuisine exotique... Je suis toujours passionnée de danse, mais en tant que spectatrice. Quelle que soit ma position dans la vie, l’important pour moi, c’est de rester en mouvement et d’avoir encore des projets!»

Par: Johanne Morissette
       Service du secrétariat général et des communications

 


Voir les archives
Calendrier
des activités