Sylvie Jean, psycho-éducatrice au Centre ressource multidisciplinaire
1 novembre 2007

Chaque mois la rubrique " Rencontre du mois " nous fera découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présentera la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage. 

Voici notre rencontre du mois de novembre.

Le contact avec les jeunes: une grande richesse!

Sylvie n’avait jamais pensé étudier dans un domaine se rapprochant de la psychologie jusqu’au jour où on lui demanda de choisir un cours optionnel pour compléter son programme collégial. Elle était alors inscrite en sciences humaines, option administration, au Cégep de Chicoutimi. Elle choisit donc l’initiation à la psychologie qui devint aussitôt une passion. Ce cours stimulait son goût de comprendre et d’approfondir ses connaissances sur les comportements humains. Elle a terminé son DEC et a poursuivi ses études en psychoéducation à l’Université de Sherbrooke jusqu’à l’obtention de son baccalauréat en 1993.

Cette année, Sylvie entame sa 13e année au Centre ressource multidisciplinaire (CRM) de la CSDLJ. Le contact avec les adolescents est ce qu’elle aime par-dessus tout. Cette étape de recherche d’identité, de découvertes multiples, de curiosité, de remise en question, de recherche des valeurs et d’actualisation au niveau des habiletés l’intéressent au plus haut point.

Un travail basé avant tout sur la relation

Le travail de la psycho-éducatrice est avant tout basé sur la relation. Toute la démarche avec le jeune se joue lors du premier contact. « Les adolescents sont de fins observateurs : la cohérence entre ce que l’on dit et ce que l’on fait est un élément essentiel lorsque l’on travaille auprès d’eux. Il faut soi-même être authentique pour les amener à l’être avec nous. Clarifier la situation, être à l’écoute de leurs besoins, établir nos limites et favoriser l’expression de leurs propres limites sont des éléments dont il faut tenir compte si nous désirons construire une relation significative avec eux. Une fois que la confiance est établie, les portes s’ouvrent pour l’aide, le support, l’accompagnement et aussi l’encadrement. Tout est possible à la condition que la confiance soit mutuelle. »

Le CRM : une démarche concrète axée sur la réalité du quotidien

Le milieu du CRM permet une démarche d’aide, de soutien, d’accompagnement et d’encadrement auprès des élèves pendant un séjour volontaire de 25 jours. En plus de la psycho-éducatrice, deux enseignants et une éducatrice spécialisée complètent l’équipe permanente du CRM. D’autres intervenants du milieu se joignent à eux régulièrement soit un intervenant social de Justice alternative Saguenay, un policier éducateur et, au besoin, une infirmière.

En plus du volet pédagogique, les élèves bénéficient d’ateliers de réadaptation répondant à leurs besoins. La responsabilisation, l’expression sous diverses formes et l’estime de soi sont au cœur de la démarche. Comme le souligne Sylvie : « Laisser une place à l’échange, à la créativité (habiletés manuelles) est nécessaire afin qu’ils puissent s’actualiser à partir de leurs forces et de leurs intérêts mais aussi pour développer et se découvrir de nouvelles compétences. » La complémentarité entre la réadaptation et les matières académiques est un atout au CRM. Ensemble, les membres de l’équipe contribuent à ce que les adolescents acquièrent une meilleure connaissance de soi, un plus grand sens des responsabilités ainsi qu’une plus grande autonomie.

La plus grande source de satisfaction de Sylvie, c’est de pouvoir être en contact avec eux, au quotidien, tout au long de leur parcours. « Plusieurs viennent nous revoir, même après quelques années. Je me sens privilégiée d’être là à un moment où ils en ont besoin. Chacun d’eux m’apporte un petit quelque chose; ils sont tous dotés d’une très grande richesse; et à leur façon, ils contribuent à ma propre croissance personnelle comme j’espère pouvoir le faire pour eux. »

 


Voir les archives





Calendrier
des activités