Natalie Simard, enseignante en musique
25 février 2011

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre du mois de mars.


Respirer la musique

Pour Natalie Simard, enseignante en musique à l’École secondaire Kénogami, la musique est beaucoup plus qu’un moyen d’expression; c’est un mode de vie. Que ce soit le bruit du train, de la cafetière ou celui du guichet automatique, chaque son du quotidien qui arrive à son oreille se traduit en séquence musicale.

Dès son tout jeune âge, Natalie voulait jouer de la batterie, car la musique, c’est d’abord une question de rythme. Malheureusement à cette époque, ses parents trouvaient plus raisonnable de lui offrir une guitare. Elle a débuté sa formation classique à l’Atelier de musique de Jonquière puis elle a suivi des cours de guitare populaire avec un de ses oncles. Elle a poursuivi ses études en musique au Cégep d’Alma où elle s’est particulièrement démarquée en guitare et en percussions. Comme elle excellait dans les deux instruments lors des auditions, on lui a proposé de prendre deux premiers choix et de faire les examens en conséquence.

Au cours de sa formation collégiale, Natalie a joué avec différents groupes et participé plus d’une fois au Camp musical de Métabetchouan où elle a remporté plusieurs prix et bourses. Pour sa formation universitaire, elle a choisi le baccalauréat en interprétation guitare à l’UQAM afin d’avoir la chance de travailler avec le musicien et enseignant Alvaro Pierri, un guitariste classique reconnu mondialement qui n’acceptait que six étudiants. Après l’obtention de son BAC, Natalie a décidé d’ajouter une corde à sa guitare en complétant un certificat en enseignement. « L’idéal pour une musicienne, c’est de jouer à temps plein, mais enseigner et surtout faire aimer la musique aux jeunes, c’est un beau complément, un bel outil de rassemblement…»

Dès son retour au Saguenay, Natalie a été sollicitée pour jouer de la batterie dans le grand orchestre d’Yvonic Desbiens. Parallèlement, elle a obtenu ses premiers contrats d’enseignante en musique dans différentes écoles de la Commission scolaire De La Jonquière. Elle a fait son entrée à l’École secondaire Kénogami en 2000.

L’enseignement en trois temps 

La formation musicale amène l’élève à développer diverses compétences touchant les domaines intellectuel, personnel, affectif, physique et culturel. Le programme d’enseignement de la musique au secondaire est basé sur trois compétences : l’interprétation, l’appréciation d’œuvres musicales et la création. « Les premières semaines, on utilise une méthode de base pour la prise de conscience du rythme, le chant des partitions, la présentation des instruments, etc. À l’intérieur du volet appréciation, j’essaie de varier les styles musicaux et les auteurs selon l’époque. Je peux aussi bien leur parler de Mozart que d’Ariane Moffatt ou de Mes aïeux… Dans le volet création, les élèves doivent trouver des sons et des mélodies associés à des thèmes d’action comme celui d’un vampire qui doit monter sept marches. Quant au volet interprétation, c’est le plus important. Cela exige énormément de travail et de discipline pour apprendre un nouvel instrument. Il faut s’investir et être très persévérant. »

Peu de temps après son arrivée l’École secondaire Kénogami, Natalie a fait une demande à la direction pour former un orchestre d’harmonie pouvant regrouper une à deux classes (entre 32 et 66 musiciens). Deux ans plus tard, voyant les résultats positifs, l’école a investi environ 10 000$ pour acheter des instruments neufs. « Avec la complicité d’une collègue et amie, Renée-Claude Brassard qui est enseignante en musique au Programme d’éducation internationale, nous avons organisé des concerts-bénéfices pour acheter des partitions musicales de différents styles et des instruments : flûte traversière, saxophone, clarinette, ensemble de percussions. L’an dernier, nous avons renouvelé notre matériel grâce aux subventions du Ministère, aux sommes allouées par la Commission scolaire et celles amassées lors des concerts-bénéfices des élèves. Une partie de cet argent va aussi à l’entretien et à la réparation de ces instruments. »

Les élèves peuvent emprunter un instrument le soir et la fin de semaine pour pratiquer. Cela demande une bonne logistique, mais selon Natalie, ça donne vraiment de bons résultats. « La musique peut aider les élèves à se découvrir de nouvelles aptitudes et une passion. Pour eux, c’est une motivation supplémentaire à poursuivre leurs études. Plusieurs parents sont étonnés des conséquences positives sur l’attitude de leur enfant. Ils sont également très fiers de les voir participer à des compétitions musicales comme celles de Sherbrooke et d’Orlando. Il y a deux ans, les élèves sont revenus de Floride avec une médaille de bronze. Cette année, nous repartons à Orlando avec 80 élèves dont 66 musiciens pour la compétition Américan All Music Awards qui se tiendra le 26 mars sur le site de Walt Disney. »

Une vie des plus rythmée 

Depuis la naissance de son premier fils en 1994 et de ses deux autres enfants en 1996 et 1999, Natalie partage son temps entre sa famille, les spectacles et l’enseignement. Elle a même trouvé le temps de composer des pièces et de lancer un album pop-rock avec des musiciens de l’Université de Sherbrooke, dont son frère cadet David, qui a été batteur dans le spectacle Allégria du Cirque du Soleil pendant cinq ans.

« J’ai grandi dans une famille de musiciens et quand je passe trop de temps sans jouer, je deviens très triste… Ce que j’aime à l’école, c’est d’abord la relation que j’ai avec mes élèves parce que si le courant ne passe pas entre nous, ça ne passera pas non plus en musique. J’apprends autant d’eux qu’ils apprennent de moi. C’est certain qu’au début de l’année, je dois les mettre en confiance et leur montrer que je suis une bonne musicienne. Ils me demandent de leur jouer du piano, du trombone, de la batterie ou de la guitare et je le fais avec beaucoup de plaisir. Mais tout le reste de l’année, ce sont eux les vedettes... »


Par Johanne Morissette
Service du secrétariat général et des communications

 


Voir les archives
28nov.
Prochaine activité

Soirée portes ouvertes

Calendrier
des activités