La CSDLJ rectifie les informations transmises par certains médias
16 mai 2012

La Commission scolaire De La Jonquière (CSDLJ) tient à rectifier les informations transmises par certains médias concernant sa décision de ne plus poursuivre les travaux en lien avec un éventuel regroupement de structures avec la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay. La CSDLJ a participé à cette démarche volontaire avec toute la transparence et le professionnalisme requis.

En premier lieu, il importe de préciser que le montant de 1 360 000 $ (montant total pour les deux commissions scolaires), dont il est question dans l’étude de rapprochement, ne concerne pas uniquement les économies liées à une fusion.

En effet, ce montant comprend d’abord les économies liées à une révision des processus internes de chacune des deux commissions scolaires, par exemple le remplacement d’un départ à la retraite sur deux. Ces économies sont de l’ordre de 431 400 $ et n’incluent pas les efforts de la CSDLJ pour faire face aux compressions budgétaires imposées par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

À l’intérieur du 1 360 000 $ se retrouvent également les économies de regroupement qui s’élèvent à 324 000 $ pour les deux commissions scolaires. Un exemple d’économie de regroupement serait la création d’un point unique de gestion de la taxe scolaire, comme celui mis en place par les commissions scolaires situées sur l’Île de Montréal.

À ce stade, il est important de rappeler que toutes ces économies peuvent être réalisées sans fusion légale des commissions scolaires et que la CSDLJ a la ferme intention de mettre des mesures en place dès l’adoption de son budget en juin prochain.

À la lumière de l’analyse, il est démontré que l’économie potentielle de fusion représente 604 600 $ pour les deux commissions scolaires, donc 302 300 $ pour la CSDLJ sur un budget d’environ 100 000 000 $.

Le 8 mai dernier, les membres du Conseil des commissaires ont analysé l’ensemble du document en présence de la direction générale et des directions de service. Ils ont pu poser toutes les questions pertinentes en lien avec l’incertitude des économies, les coûts de fusion non prévus et les pertes possibles d’allocations. Notons que les coûts de fusion estimés à 5 434 774 $, lesquels une fois réduits des allocations (montants de base) que la nouvelle organisation pourrait conserver, représentent 220 000 $ par année, financés sur 15 ans. Quant aux pertes d’allocations, elles sont évaluées à plus de
1 000 000 $. Les commissaires ont considéré que les économies potentielles étaient insuffisantes et le risque trop grand, en tenant compte des coûts de transition et de mise en œuvre d’une fusion.

Le personnel administratif

Concernant la prétention de certains médias quant à la réticence de la CSDLJ à procéder à l’abolition de postes, notons que déjà, lors de l’adoption du budget 2011-2012, la CSDLJ a aboli deux postes de gestionnaires, dont celui de la direction générale adjointe.

Dans les mesures de rationalisation que la CSDLJ entend mettre en place en 2012-2013 au centre administratif seulement, on retrouve l’abolition d’un poste de gestionnaire, d’un poste d’analyste, d’un poste d’acheteur, d’un poste d’agent de bureau et d’un poste de secrétaire.

« Nous considérons que notre organisation est capable de faire mieux en réorganisant nos propres services, ce qui nous permettra de conserver une proximité avec nos élèves, les parents et la population de notre territoire. Notre Commission scolaire continuera d’offrir des services de qualité aux élèves afin de favoriser leur réussite », réaffirme la présidente de la CSDLJ, madame Josette L.-Morin.

En terminant, la CSDLJ réitère que les économies liées à une fusion ne se chiffrent pas à 1 360 000 $ mais bien à 302 300 $ pour chacune des commissions scolaires. Ce montant apparaît insuffisant aux membres du Conseil des commissaires en tenant compte du dépassement possible des coûts de mise en œuvre. En effet, l’histoire récente du Québec démontre que la fusion d’organismes publics n’a pas engendré les économies prévues et que les coûts étaient, quant à eux, supérieurs aux prévisions.


Voir les archives
18avr.
Prochaine activité

Reprise de la journée tempête

Calendrier
des activités