Nathalie Larouche, conseillère en reconnaissance des acquis et des compétences
1 juin 2012

La rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre de la saison estivale. 


Le plaisir de contribuer à l’amélioration des compétences

Nathalie Larouche est conseillère en reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) au Centre des services aux entreprises (CSE) depuis février 2006 et agente de développement depuis août 2011. Ceux et celles qui connaissent son tempérament social et bout en train seront surpris d’apprendre qu’elle était une enfant timide à l’école. « Avec une famille de sept enfants, j’étais bien entourée. J’ai commencé à me faire des amis à l’école secondaire et j’ai adoré la période du cégep, même si j’ai changé trois fois d’option (rires). »

Fascinée par les différentes façons de penser et le comportement humain, Nathalie a finalement opté pour un baccalauréat en psychologie (1992), en plus de compléter un certificat en enseignement à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Elle a également fait plusieurs cours aux programmes de maîtrise en service social et en éducation. En 1996, elle a décidé de prendre une année sabbatique des études lorsqu’elle a obtenu un emploi d’intervenante et assistante coordonnatrice au sein du Groupe de ressources pour le trouble panique (GRTP) à Jonquière. « Cette expérience a confirmé mon intérêt à aider les autres. Même lorsqu’un client se présente à mon bureau à l’improviste, je prends le temps de l’écouter pour comprendre sa démarche et voir sa motivation. Je l’encourage à poursuivre. J’ai travaillé pour d’autres organismes tels que La Chambrée (2000), le Service d’aide au placement de personnel (SAPP) de la ville d’Alma (2000-2001) et Accès-Travail-Femmes (2001-2006), tout en demeurant membre du conseil d’administration du GRTP jusqu’en 2008. Aujourd’hui, je réalise que chacune de mes expériences antérieures de travail m’a préparée à relever les défis du CSE. »

Chaque expérience est un jalon important 

La reconnaissance des acquis et des compétences est une démarche individuelle d’analyse et d’évaluation des compétences de l’individu afin de les comparer avec le contenu des cours et des programmes de formation professionnelle. Ce service s’adresse aux personnes qui veulent améliorer leur situation grâce à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP), d’une carte de compétence pour les métiers de la construction ou d’une mise à jour de leurs connaissances. L’objectif ultime recherché peut être la consolidation de leur poste, l’obtention d’une promotion au sein de leur entreprise ou un nouvel emploi. « Les individus doivent d’abord faire la preuve de leur cheminement académique et de leur expérience par des relevés de notes, un curriculum vitae ou des lettres d’employeurs. Je valide les documents et je les mets en contact avec un spécialiste de contenu qui va évaluer leurs compétences dans le domaine ciblé. En tout temps, je les accompagne dans chaque étape du parcours.»

Parfois, ce sont les employeurs qui contactent Nathalie pour organiser une mise à jour des compétences de leurs travailleurs étant donné les nombreux changements technologiques. « Ici, ce n’est pas le nombre d’années d’expérience qui est évalué dans la démarche de reconnaissance, mais les compétences acquises dans leurs diverses expériences de travail. Même si un travailleur a cumulé 25 ans d’expérience dans un domaine, il peut avoir besoin de diversifier ses compétences par une formation complémentaire parce qu’il a toujours effectué le même genre de tâche. L’an passé, j’ai traité près de 200 dossiers actifs. Cela exige beaucoup de coordination, car la majorité des individus que je rencontre travaillent à temps plein et ne peuvent être disponibles le jour. La plupart du temps, mon client peut être accepté dans un module de formation professionnelle au CFPJ, mais il arrive que je doive trouver du financement, des formateurs et des locaux pour organiser une formation en dehors des cours réguliers pour un groupe d’individus. Par exemple, en regroupant des travailleurs en cuisine ou en boucherie de différentes entreprises qui ont à peu près le même profil. »

Au cours des dernières années, Nathalie a développé tout un réseau de contacts en plus de raffiner ses aptitudes pour la recherche de financement. L’ensemble de son parcours dans les PME et son expérience en RAC lui ont permis de relever un autre défi de taille : celui d’agente de développement. Que ce soit pour la recherche de nouveaux clients, l’analyse de leurs besoins, la planification d’une formation ou la demande de subvention, Nathalie est toujours à l’affût des changements et des opportunités du milieu afin de favoriser l’amélioration des compétences des travailleurs et, conséquemment, la performance des entreprises.

« Le CSE est une belle organisation qui me tient à cœur. J’adore mon travail et je ne m’ennuie jamais. J’ai aussi la chance d’être maman et d’avoir un conjoint qui m’encourage dans tout ce que je fais. C’est un véritable partenaire de vie et aussi un partenaire d’affaires, puisque je suis copropriétaire de trois entreprises avec lui. Heureusement, nous demeurons à la campagne qui est un milieu idéal pour refaire le plein d’énergie en famille. L’an passé, nous avons fait l’acquisition d’un bateau qui nous permet de naviguer sur le fleuve St-Laurent. En conclusion, si je regarde l’enfant timide que j’étais et la femme que je suis aujourd’hui, je constate que ma vie est en constante amélioration. Et chaque fois que je vois une personne que j’ai accompagnée en RAC recevoir son diplôme, je partage la joie et la fierté de sa réussite. » 


Par Johanne Morissette
Service du secrétariat général et des communications

 


Voir les archives
Calendrier
des activités