Dany Girard, enseignant en pâtisserie
29 février 2008

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre du mois de mars.

Une passion qui sent toujours bon!

Si une odeur de vanille et de chocolat vous titille les narines à l’édifice Mellon, c’est que vous n’êtes pas loin des locaux du programme Pâtisserie. Enseignant depuis 14 ans dans ce programme, Dany Girard vous y accueillera avec grand plaisir.

Pour lui, la pâtisserie, c’est le plus beau métier du monde. Vous ne serez sûrement pas surpris d’apprendre que Dany aimait beaucoup aider sa mère à cuisiner. « Avec six enfants à la maison, ma mère passait beaucoup de temps dans la préparation des repas. Elle était bien contente qu’un de ses enfants lui donne un coup de main. Et comme j’avais la dent sucrée, j’avais beaucoup de plaisir à faire des desserts avec elle, mais encore plus à les déguster. Avec le temps, j’ai également développé de la satisfaction à faire plaisir aux autres avec mes petits plats. »

Pour ce qui est de l’école, c’est une autre histoire. Dany n’avait pas d’intérêt pour les matières académiques. « Imaginez, je ne voulais même pas aller à la maternelle… et la situation ne s’est pas améliorée au primaire et au secondaire. Ma mère ne savait plus quoi faire de moi. Finalement, c’est une de mes enseignantes à Alma, Mme Bérangère, qui m’a convaincu que j’avais beaucoup plus de potentiel que je le croyais. Elle m’a fait passer des tests que j’ai réussis, et finalement, j’ai pu m’inscrire au DEP en cuisine d’établissement. Je serai toujours reconnaissant envers cette enseignante. »

Lors de sa formation en cuisine, la journée de confection des desserts était toujours sa préférée. Comme le programme en pâtisserie ne se donnait qu’à l’extérieur de la région à cette époque, Dany fut admis à l’Institut d’hôtellerie du Québec (ITH) à Montréal après l’obtention de son DEP. Après deux ans de formation, il a travaillé chez France Délices, une entreprise d’envergure qui fournit tous les marchés d’alimentation à Montréal en dessert. Puis, il a eu le goût d’élargir son choix de carrière. Le baccalauréat en enseignement, pour un gars qui n’aimait pas l’école, représentait tout un défi. Les universités de Montréal et de Chicoutimi l’ont accepté au BAC de l’enseignement secondaire et collégial. Il choisit donc de revenir dans sa région natale. Au cours de sa dernière année d’études, Dany a travaillé comme chef pâtissier à la pâtisserie Jalousie à Chicoutimi. L’année suivante, il est devenu l’un des copropriétaires de cette entreprise. Même si la première année à l’UQAC a été très ardue, il a relevé le défi haut la main et a obtenu son BAC en 1993. Il a débuté comme suppléant au CFPJ dans la même année, a obtenu son premier contrat en cuisine en 1994, puis a accepté un remplacement dans le programme Pâtisserie. Il a vendu ses parts de commerce et n’a jamais quitté l’enseignement depuis.

Aujourd’hui, c’est Dany qui amène les élèves à développer leur confiance, à se surpasser. « Il arrive souvent que des personnes ayant le goût de s’inscrire en pâtisserie, lorsqu’ils voient les magnifiques pièces montées des finissants, me disent qu’ils ne seraient pas capable de faire aussi bien. Je leur précise aussitôt que les élèves n’auraient pas pu réaliser ces pièces au début de leur formation, mais que, grâce à la patience et à l’amour de ce métier, tout est possible. Une fois que la base est acquise en pâtisserie, on peut créer à volonté et ajouter sa petite touche personnelle. Si j’ai 17 élèves dans mon cours, je sais que je vais obtenir 17 gâteaux différents. »

Comme Dany aime expérimenter de nouvelles saveurs, il a aménagé un petit atelier de chocolat chez lui. L’enseignement lui permet de partager cette passion. « C’est toujours un grand plaisir pour moi de voir évoluer chaque individu selon sa personnalité. Les élèves sont d’abord là pour le plaisir de cuisiner. Il y a vraiment une belle atmosphère de travail dans nos locaux. Cette année, j’ai même une élève de 60 ans qui a toujours rêvé de suivre ce cours. »

Si Dany a des projets d’avenir? Sur le plan professionnel, l’enseignement et la promotion de ce métier sont toujours au cœur de son ambition : animation de chroniques pour la radio et la télévision, développement de partenariat avec d’autres centres de formation, projets de vitrine et d’exposition de pièces montées en chocolat et, pourquoi pas, des cours de peinture pour développer encore plus son côté artistique.

Pour Dany, la patience est l’atout primordial en pâtisserie. Le fait de passer des heures à cuisiner des desserts qui prendront quelques minutes à déguster fait partie du plaisir. « On est toujours content quand les assiettes nous reviennent vides. Le lendemain, on recommence avec une touche de plus dans la saveur ou le visuel. Il y a tellement de manière de travailler! C’est à l’infini, côté apprentissage et créativité. Une fois la base apprise, on peut constamment innover. Quand je reviens chez moi, je suis satisfait de ma journée de travail et je sens encore l’odeur de vanille et de chocolat qui s’est collé à mes vêtements. C’est dans ce temps-là que je me dis que la pâtisserie, c’est vraiment le plus beau métier du monde. »


Voir les archives
18avr.
Prochaine activité

Reprise de la journée tempête

Calendrier
des activités