Annie Côté, technicienne en service de garde
29 août 2008

Chaque mois, la rubrique " Rencontre du mois " nous fait découvrir un membre du personnel de la Commission scolaire qui nous présente la nature de son travail, ses projets, ses intérêts, ce qui l'anime et encore davantage.

Voici notre rencontre du mois de septembre.


Créer un milieu ouvert, chaleureux et stimulant

Annie Côté est responsable du service de garde à l’école Bois-Joli de Shipshaw depuis 2001. Pour elle, l’école constitue un très beau milieu de vie qui a sa propre couleur et ses odeurs particulières. C’est d’ailleurs le premier souvenir qui remonte en elle quand Annie se revoit à la maternelle. « La première fois que je suis entrée dans une école, j’ai aimé l’odeur et l’ambiance qu’il y avait. Même encore aujourd’hui, quand j’arrive le matin, je trouve que ça sent bon et je me dis que je suis à la bonne place... à ma place. Ce sentiment ne m’a jamais quittée depuis mon premier jour de classe.»

Quand on aime l’école comme Annie, il est tout naturel de vouloir y travailler. « Quand j’étais au primaire, aller à l’école pour moi, c’était comme un jeu. Et quand je revenais à la maison, je sortais mes cahiers pour jouer encore à l’école et dessiner. » Après sa formation en sciences humaines au Cégep de Jonquière, Annie a quitté la région pour faire un baccalauréat en arts plastiques à l’UQAM. Elle a obtenu son BAC en 1985. De retour à Jonquière l’année suivante, elle a complété un certificat en éducation à l’UQAC. Elle a travaillé comme enseignante suppléante en arts à la Commission scolaire De La Jonquière pendant une dizaine d’années, puis s’est retirée quelque temps pour fonder sa petite famille. « Avoir des enfants a été pour moi une révélation. Les enfants sont très inspirants pour trouver de nouvelles activités à caractère ludique. C’est là que l’idée m’est venue d’étudier en service de garde. »

Annie a donc obtenu une Attestation d’études collégiales en service de garde en 1999. Elle a débuté dans ce domaine en effectuant des remplacements dans des centres de la petite enfance (CPE), mais visait davantage le milieu scolaire. Comme l’aîné de ses garçons devait débuter la maternelle à l’école Bois-Joli, Annie a fait la demande d’un service de garde en tant que parent. Après avoir recueilli un nombre minimum de 20 inscriptions, la direction a ouvert le poste de responsable du service. C’est ainsi qu’Annie a fait d’une pierre deux coups. En plus d’avoir contribué à l’ouverture du service de garde près de chez elle, elle a obtenu le poste qu’elle convoitait.

Aujourd’hui, le service de garde de l’école Bois-Joli compte trois groupes totalisant 60 à 70 enfants pour une école de 250 élèves. « C’est vraiment le travail idéal pour moi. Je suis dans mon milieu, près de chez moi, et j’ai même eu la chance d’avoir mes enfants avec moi pendant leurs études au niveau primaire. J’ai aussi le plaisir de travailler avec des collègues dynamiques et créatives. »

L’école en trois temps : planifier, organiser, s’amuser

Deux éducatrices et une préposée aux élèves handicapés forment l’équipe du service de garde à Bois-Joli. Dès 7 h 30 le matin, Annie accueille les enfants jusqu’au début des classes. De 8 h à 10 h 30, elle s’occupe de tâches administratives telles que la facturation et l’achat de matériel. Après le repas, différentes activités sont organisées dans le local attitré au service ou à l’extérieur. De 15 h 30 à 16 h 30, c’est le retour des enfants. Certains demeurent à l’école jusqu’à 17 h 30. Après leur départ, Annie fait sa petite ronde de ménage pour s’assurer que tous les locaux, les tables et le réfrigérateur sont propres et prêts pour le lendemain matin.

Depuis sept ans, Annie a eu l’occasion d’explorer de nombreuses activités avec les jeunes pour leur permettre de sociabiliser et de s’ouvrir à la différence tout en découvrant leurs talents. « Il faut que l’enfant soit bien et s’amuse. Ce qui est agréable avec les élèves du primaire, c’est qu’ils sont toujours prêts à collaborer. S’ils n’aiment pas une activité, ils vont le dire tout de suite parce qu’ils sont vrais et spontanés. » Annie est constamment à la recherche de nouveaux projets stimulants. En plus des activités sportives, des jeux de plein air, des expériences culinaires ou de jardinage, elle a initié le projet de Télé Bois-Joli. Après avoir rédigé des petites chroniques sur les animaux, les jeunes devaient relever le défi de présenter leur texte devant la caméra. Un chef d’antenne faisait les liens entre les sujets et les élèves pouvaient même participer au montage.

Aujourd’hui, Annie a toujours le sentiment d’être à la bonne place et souhaite poursuivre ses recherches pour développer de nouveaux volets comme la danse, la musique et les langues. « Je me sens bien ici parce que je suis toujours dans l’action. Avec le temps, la planification est plus facile, car au début, ce n’était pas évident d’organiser la logistique et d’encadrer tous ces jeunes lors d’une sortie. J’aime explorer de nouvelles avenues, mais j’apprécie également la possibilité de transmettre le côté traditionnel des choses comme fabriquer de la tire Sainte-Catherine ou faire pousser des plantes. La seule chose que je trouve difficile, c’est de voir partir les jeunes quand ils changent d’école. Il faut être capable de couper les liens, car certains d’entre eux sont vraiment attachants. »

En conclusion, on peut dire sans se tromper qu’Annie Côté s’est prise à son propre jeu. Au jeu de l’école où elle peut encore apprendre, explorer et s’amuser.


Voir les archives
18avr.
Prochaine activité

Reprise de la journée tempête

Calendrier
des activités